Blog

Chauffage et monoxyde de carbone: les conseils d’Atlas Contrôle pour éviter les risques d’intoxication.

En Belgique, l’intoxication au monoxyde de carbone représente la première cause de décès par intoxication. Cela ne concerne pas seulement les chauffe-eaux : chaudière au gaz, au mazout, bois ou encore pellet sont tous susceptibles de vous exposer à une intoxication à ce gaz dangereux.

Détecteur de monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone, c’est quoi ?

Le monoxyde de carbone, aussi appelé CO, est un gaz incolore, inodore, toxique et potentiellement mortel qui provient d’une combustion incomplète de combustible (bois, butane, charbon, essence, fuel…).

Comment reconnaître une intoxication au monoxyde de carbone ?

Lorsque l’on respire du CO, ce gaz prend la place de l’oxygène et peut donc provoquer divers symptômes : maux de tête, fatigue, nausées, confusion mentale, vertiges, perte de connaissance ou encore immobilité des membres apparaissent plus ou moins rapidement et peuvent toucher plusieurs personnes.

L’inhalation du CO peut rapidement s’avérer mortelle. Il est donc important d’agir vite : aérez les pièces, arrêtez dans la mesure du possible les appareils à combustion, évacuez les lieux et prévenez les services de secours.

Comment prévenir le risque d’intoxication au monoxyde de carbone

1. Faire entretenir vos appareils de chauffage

Tous les ans, avant l’hiver, faites vérifier votre chaudière et votre cheminée par un professionnel. Ne négligez pas cette étape, surtout qu’il s’agit d’une obligation légale :

Contrôle des chaudières au gaz
WallonieSi la puissance est inférieure à 100 kW : tous les 3 ans Si la puissance est supérieure à 100 kW : tous les 2 ans
BruxellesTous les 2 ans
Flandretous les 2 ans
Entretien de contrôle des chaudières à mazout
WallonieChaque année : nettoyage de la chaudière, réglage du brûleur et ramonage de la cheminée
Bruxelles
Flandre
Ramonage des cheminées avec chaudières au gaz
WallonieNon obligatoire: vérifications réalisées lors de l’entretien de la chaudière. Pour les chaudières « ouvertes », le tirage de la cheminée doit être mesuré lors de l’entretien.
BruxellesNon obligatoire
FlandreObligatoire pour les conduits d’évacuation des fumées des appareils type B Non obligatoire pour les chaudières de type C
Ramonage des cheminées avec chaudières au mazout
WallonieTous les ans : à l’issue de son entretien, vous recevez une attestation qui doit être conservée pendant 2 ans
Bruxelles
Flandre

2. Utiliser la couleur de la flamme de gaz comme indicateur

Si elle est bleue, c’est le signe d’une combustion complète : pas de problème ! Si elle est jaune-orange, c’est le signe de manque d’oxygène : potentiel danger !

3. Penser à aérer et ventiler quotidiennement votre maison

La pollution de l’air intérieur, causée par divers facteurs dont les gaz de combustion, peut avoir un impact direct sur votre santé. Si certaines personnes ne ressentent qu’un inconfort comme des maux de tête, de la fatigue ou des irritations, d’autres peuvent développer des symptômes plus graves allant jusqu’aux maladies chroniques comme l’asthme ou les allergies. Il est donc essentiel de se soucier de la bonne qualité de l’air à l’intérieur de votre habitation.   

Pensez à ventiler suffisamment la pièce où se situe l’appareil de chauffage et prévoyez une ventilation conforme aux normes :

  • Installations de chauffage de puissance supérieure à 70 kW : ventilation basse et ventilation haute en contact direct avec l’extérieur ou raccordées à des conduits suivant les indications de la norme NBN B61-001.
  • Installations de chauffage de puissance inférieure à 70 kW : si la chaudière est non-étanche, prévoyez un débit d’air suffisant pour garantir une combustion optimale. Pour la ventilation naturelle, l’air doit être admis au sein du local de chauffe au moyen d’un orifice ou d’un conduit dont les caractéristiques sont prescrites par la norme NBN B61-002. L’air vicié du local doit être évacué par un orifice de diamètre au moins égal au tiers de l’orifice d’admission.

4. Se munir d’un détecteur de monoxyde de carbone

Le détecteur de CO est un petit boitier analysant l’air ambiant et émettant une alerte dès qu’une trop forte concentration de CO est détectée dans l’air.

  • Privilégiez un détecteur avec un label de qualité NF ou CE
  • Placez le détecteur à environ 1 à 3 mètres des appareils de chauffage susceptibles de produire du CO. 

5. Être attentif à la météo

Si quelques facteurs de risque sont déjà présents dans l’habitation, les conditions météorologiques peuvent devenir le facteur de décisifqui causera l’intoxication au CO :

  • Lorsque qu’il y a une inversion de température, il se peut que les cheminées ne tirent pas suffisamment et n’évacuent pas tous les gaz de combustion.
  • Lors de périodes de gel et de grands froids, nous chauffons davantage nos intérieurs et avons l’habitude de garder portes et fenêtres fermées. Cela empêche l’apport suffisant d’air frais nécessaire à la combustion.

Soyez donc attentifs aux avertissements donnés par monsieur ou madame météo.

Envie d’en savoir plus? Contactez nous via le formulaire de contact: https://order.atlascontrole.be/https://order.atlascontrole.be/ ou par via l’adresse: office@atlascontrole.be

Partager cette publication

Laisser un commentaire